Communiqué de presse

Restez informés, abonnez-vous à la newsletter UDMF



Il y a 75 ans l'horreur frappait Hiroshima


Il y a soixante-quinze ans, deux bombes atomiques détruisaient les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki.

Près d’un demi-million de personnes vivaient dans ces villes et il a suffi de deux bombes pour en tuer immédiatement 200 000 âmes.

Des dizaines de milliers d’autres devaient périr au cours des années suivantes des conséquences de leurs brûlures ou sous l’effet des radiations.

Dans un premier temps, ces bombardements ont suscité une grande administration pour cette nouvelle "prouesse scientifique et technique".

Albert Camus fut le seul intellectuel occidental à dénoncer l'usage de la bombe atomique dès le lendemain du bombardement d'Hiroshima dans un éditorial du journal "Combat".

« La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l'utilisation intelligente des conquêtes scientifiques. En attendant, il est permis de penser qu'il y a quelque indécence à célébrer ainsi une découverte, qui se met d'abord au service de la plus formidable rage de destruction dont l'homme ait fait preuve depuis des siècles. Que dans un monde livré à tous les déchirements de la violence, incapable d'aucun contrôle, indifférent à la justice et au simple bonheur des hommes, la science se consacre au meurtre organisé, personne sans doute, à moins d'idéalisme impénitent, ne songera à s'en étonner. »

Alors que l'ONU vient d'adopter un traité interdisant les armes nucléaires, boycotté immédiatement par la France, et à l'heure où des conflits ensanglantent de nouveaux la planète, son message est vraiment d'actualité !

Plus que jamais l'UDMF en appel à l'abolition des armes nucléaires et demande à la France de rejoindre le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires déjà adopté à l’ONU par 122 États.

Derniers communiqués

Tags

HiroshimaArmes nucléairesJapon