UDMF | LE PARTI
  • Informations générales

    Identification RNA: W751217458

    Date de création : Déclaré en Préfecture de police à Paris le 22 novembre 2012

    Site internet géré par l'UDMF : 90 rue de Reuilly - 75012 PARIS

    Directrice de la Publication : Samira SIDHOUM

    Pour toute réclamation, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante : info@udmf.fr

  • Hébergement

    OVH SAS au capital de 10 000 000 € RCS Roubaix - Tourcoing 424 761 419 00045 Code APE 6202A N° TVA : FR 22 424 761 419 Siège social : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.

  • Traitement des données personnelles

    Vous disposez, conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, d'un droit d'accès, de rectification, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous contactant par courrier électronique.

  • kenburns1
    Le Parti
Voix aux régionales 2015


% aux Législatives 2017


abonnés sur Facebook


Vues sur Youtube


Le parti est créé sous le nom de Union des Démocrates Musulmans Français (UDMF) en novembre 2012 par Nagib AZERGUI peu de temps après les élections présidentielles de la même année. Son fondateur estime qu'après la victoire de François Hollande, le nouveau gouvernement socialiste a échoué à lutter contre la politique identitaire menée depuis plusieurs décennies dans l’Hexagone et l'accuse même de la poursuivre.

"Donner une voix à une partie de la population qui ne se retrouve pas dans les partis traditionnels" tel est l'objectif recherché. Le parti justifie l’appellation du mouvement en raison de l'exploitation régulière des "musulmans" dans les débats politiques. Selon son dirigeant, cette surexploitation aurait banalisé et diffusé le rejet et la peur de l’islam auprès de l’opinion publique. L’UDMF affirme que le musulman est devenu un enjeu électoral récurent entretenu à chaque nouveau scrutin :

• Lors des élections régionales françaises de 2004 avec la « Commission Stasi » débouchant sur la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques du 15 mars 2004.

• Lors des élections régionales françaises de 2010 avec le débat sur l'identité nationale initié par Éric Besson et la loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.

• Lors de l'élection présidentielle française de 2012 avec la polémique sur les prière de rue des musulmans comparées à l'occupant nazi par Marine Le Pen puis par l'application de la loi contre l'interdiction des prières de rue par le ministre de l’intérieur Claude Guéant en septembre 2011.

Le parti est régulièrement taxé de communautaire par la classe politique française mais l'UDMF se revendique comme un mouvement non confessionnel, laïc et profondément républicain. Son fondateur, Nagib Azergui compare l'UDMF au Parti chrétien-démocrate "On peut nous comparer au Parti chrétien-démocrate de Christine Boutin. Nous sommes, comme le PCD, un parti d'opinion qui se base sur un héritage culturel et historique. Nous défendons une laïcité respectueuse".

Il défend l'idée d'un parti politique arborant de façon décomplexé les mots « Démocrates » et « Musulmans » afin d'enrichir les débats et mieux combattre les préjugés de certains politiques. Cette pensée est résumé par le slogan :

" A un problème POLITIQUE, une réponse POLITIQUE ! "
Union des Démocrates
Musulmans Français
Logotype

officiel
Présentation
Fondation Novembre 2012
Président Nagib AZERGUI
Porte-parole Eric BERLINGEN
Positionnement Gauche
Siège Paris
Slogan AGIR pour ne pas SUBIR
Idéologie Anti-impérialisme, Antisionisme,
Anticolonialisme
Couleurs Or
   

Réactions

L'existence de l'UDMF dans le paysage politique français suscite des réactions contrastées et souvent hostiles.

Pour Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, il existe une grande différence entre ce projet musulman et son parti. «Nous ne sommes pas du tout dans le même état d'esprit car l'inspiration de l'UDMF semble tout droit issue d'une application stricte d'un certain nombre de principes du Coran dans l'espace public. Ce n'est pas l'aspiration du Parti chrétien démocrate.» Selon lui, le PCD n'est pas comparable parce qu'il ne repose pas sur la défense de «particularismes» mais sur les «racines de la culture occidentale», la «pensée sociale des églises», les «valeurs universelles» ou encore la «dignité de la personne humaine».

Au Front national, Louis Aliot souligne que le projet de ce parti musulman concernant le voile se réfère à des interdits. Il y voit aussi une «base communautariste contraire à l'unité et l'indivisibilité de la république». Pour son secrétaire général actuel Steeve Briois et maire FN d'Hénin-Beaumont, la présence de listes UDMF aux cantonales de 2015 est une «attaque aux fondements même d'une république laïque» car il croit que cette république «doit combattre toute forme de replis communautaristes». Il se dit «profondément choqué» et «abasourdi» en accusant la classe politique de ne pas prendre «ses responsabilités».

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF) se montre également très opposé à l’existence de l'UDMF. S'il ne conteste pas le droit pour ce parti d'exister, en revanche il considère cela comme un risque de «libanisation» du pays «une catastrophe pour les Français musulmans qui sont Français avant d'être musulmans».

Au Parti socialiste, Malek Boutih, ancien député de l'Essonne, voit l'UDMF comme une expression démocratique. «Cela n'appelle aucun commentaire car ce n'est pas gênant», «tout le monde a le droit de prendre l'initiative qu'il souhaite sur le terrain politique et citoyen» et que cela est «toujours mieux que se replier dans la violence».


Evènements

Le 7 janvier 2015 parait le roman Soumission de Michel Houellebecq aux éditions Flammarion où l'auteur met en scène une France islamisée. Le livre décrit un futur proche en France dans lequel est élu un président de la République issu d'un parti politique musulman en 2022.

Il rencontre dès sa sortie un succès important et le parallèle entre le parti « La Fraternité musulmane » du roman et l'UDMF ressurgit dans les débats littéraires et politiques.

Karim Ouchikh, président du SIEL (parti proche du Front national) voit dans ce roman une prophétie avec l'arrivé de l'UDMF «Le dernier roman-fiction de Michel Houellebecq, évoquant la possibilité pour un président de confession musulmane d'accéder à l'Elysée, est prophétique». En 2012, son fondateur avait annoncé son ambition à réunir les 500 signatures pour participer à une élection présidentielle.


À la suite des attentats du 13 novembre 2015 en France et en pleine campagne des élections régionales en Île-de-France, Nagib AZERGUI envoi une lettre ouverte à l'attention de François Hollande afin d'en appeler à une mobilisation générale. "il est de notre devoir de rassembler, par tous les moyens, l'ensemble des français pour défendre nos idéaux et faire bloc contre cette atrocité qui n'a, à l'évidence, ni couleur, ni croyance aucune".

Dans l'optique de briser les préjugés associant islam et terrorisme, le parti lancera au début de l'année 2016 "Le Tour de France de l'UDMF" afin d'aller à la rencontre des français. Cette opération de communication lui permettra de créer plusieurs sections locales dans la métropole et dans les départements d'outre-mer comme à Mayotte.

A la suite de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, le président de l'UDMF rédige Lettre à la France où il reprend le titre et des morceaux choisis de celle d'Émile Zola. En plein affaire Dreyfus, Zola y haranguait tous les maires de France contre la gangrène de l’antisémitisme "qui divise et menace la grandeur du pays".

L'UDMF enverra sa "Lettre à la France" à l'ensemble des maires afin d'en appeler à un sursaut républicain contre l'islamophobie.

"J'en appelle ici à tous tes enfants, sans distinction aucune A ceux qui s'inclinent en guise d'adoration, à ceux qui se voilent par pudeur, ceux qui se découvrent par conviction, ceux qui se lèvent tôt, ceux qui passent leur nuit debout, les travailleurs et les chômeurs, les cadres et les ouvriers, les retraités et les actifs, les radiés du pôle emploi, les étudiants et apprentis, les syndicalistes et les grévistes, les abstentionnistes et les sans domicile fixe, la France d'en bas car vue d'en haut, tous, à entrer en résistance."



Le logotype

Décryptage du jeu des codes, des couleurs et des formes pour identifier la signature visuelle de l'UDMF


Les couleurs

On y trouve naturellement le bleu, le blanc et le rouge profond de notre drapeau national.


Les espaces

(Trois espaces, trois univers, trois références symboliques)


I. Le rappel historique des combattants musulmans lors de la première et seconde guerre mondiale « Français par le sang versé »

Si on commence la lecture du logo par la droite, on y trouve les lettres du sigle MF de Musulmans Français inscrites sur un fond rouge. Ce rouge qui figure dans notre drapeau actuel, fut élaboré en 1124 par Suger de Saint-Denis (appelé aussi le «père de la patrie») pour symboliser le martyr du premier évêque de Paris. Il représente également ici le sang versé par ces combattants musulmans qui vient se mélanger à celui de tous ceux qui ont contribué à bâtir les fondations de notre Nation.

A gauche, les lettres du sigle UD de l’Union des Démocrates sont encerclées d’un ornement évoquant la stèle des tombes de ces soldats musulmans morts au combat et inhumés en France.

Le dessin artistique de ces stèles funéraires a été conçu par le peintre français Étienne Dinet, lui-même converti à l’islam en 1913, et qui réalisa cette œuvre avec l'aide de savants musulmans.

II. Influence de l'héritage architectural islamique

Cet ornement a également une seconde référence puisqu’il évoque aussi volontairement la forme de certaines voûtes et coupoles que l’on retrouve par exemple dans les cathédrales. Une influence de l’art islamique sur l’art français ou ce que l’on nomme plus communément "l’architecture gothique".

En effet, pour Christopher Wren, savant et architecte britannique du XVIIe siècle (1632-1723), ce style architectural a été fortement inspiré de l’architecture islamique : « ce que nous appelons le style d'architecture gothique (que les Italiens qualifient de ce qui ne suit pas le modèle romain), alors que les Goths furent plus un peuple de destructeurs que de bâtisseurs, devrait en réalité s'appeler le style sarrasin ».

Antoni Gaudí, célèbre architecte catalan qui a marqué l'architecture de Barcelone, s’est beaucoup inspiré des formes tirées du patrimoine constructif et décoratif mauresque. Il reconnaît en elles les préambules de l'informe galiléen : «Je trouve que les Arabes ont développé dans l'ornementation un sens mécanique supérieur au nôtre».


III. Le dynamisme et l’avenir incarné par le croissant de lune

Au milieu, le blanc central a été subtilement incarné par un croissant de lune parfaitement symbolique. Ce croissant est surélevé vers le haut par rapport au reste de la structure et semble s'élever vers la droite, signe qu’il est résolument tourné vers l’avenir.

Les caractères utilisés

les lettres du sigle du Parti (UDMF) ont été dessinées dans un style visuel rappelant une écriture calligraphique réalisée au roseau.


Synthèse

Nous avons donc, à travers ce logo, un visuel simple et pertinent qui a su reprendre des symboles culturellement et historiquement parlants.

Une brillante synthèse de l’influence, des contributions et apports qui ont façonné notre pays, richesse d’un patrimoine et d’une Histoire inestimables.

Couleur politique

L‘OR peut symboliser bien des choses comme le luxe ou la richesse. Pour l'UDMF, la véritable richesse est incarnée par l'Homme et symbolise également l'énergie, la spiritualité et l’éveil de la conscience.

Voici donc les raisons qui nous ont naturellement poussés à faire de l‘OR notre couleur politique, une façon supplémentaire de nous identifier plus efficacement.

Résultats électoraux

Lors des élections Municipales de mars 2014, l'UDMF monte une liste à Bobigny. La liste UDMF rejoindra, peu avant le premier tour, celle menée par le centriste Stéphane De Paoli qui remportera ces élections municipales en mettant fin à un siècle de règne communiste. L'UDMF parvient ainsi à gagner son premier siège avec un conseillé municipal chargé de l'histoire locale à Bobigny.

En 2020, l'UDMF annonce présenter des listes aux municipales dans les communes de Vaulx-en-Velin et de Villeurbanne.

Lors des élections départementales françaises de 2015, l'UDMF présente des listes de candidats à Bobigny, Bagneux, dans les Mureaux, à Avion, à Nice, à Marseille et Strasbourg.

A Marseille, la dernière liste UDMF décidera de se retirer à la veille du premier tour pour les mêmes raisons.

Lors des élections régionales françaises de 2015, l'UDMF présente une liste de 225 colistiers en Île-de-France.

Lors de l'élection présidentielle française de 2017, l'UDMF présente un candidat, Kamel MESSAOUDI.

Délégué UDMF à Mayotte et radiologue de profession, le candidat obtiendra 3 parrainages validés auprès du conseil constitutionnel.

Durant la campagne, la candidate Sandra Fourastier, une française convertie à l’islam et portant le voile, sera menacée par des groupuscules Identitaires à travers les réseaux sociaux et internet.

Le porte-parole du parti, Eric Berlingen, candidat dans la première circonscription de l'Essonne, affrontera le député sortant Manuel Valls mais n'obtiendra que 0,37% des voix au premier tour.

L’UDMF atteindra néanmoins 5,10% des voix exprimées dans la circonscription de Mayotte avec des pics allant jusqu'à 7% à Acoua et 8.60% à Dzaoudzi. Dans les Hauts-de-Seine, le parti obtient 2,74% à Gennevilliers et 3,72% à Villeneuve-la-Garenne.

Venez compléter cette Histoire à nos côtés